Les coulisses du monde hippique

Ouverture de l’hippodrome à 15h30

 

Circuit découverte – à l’hippodrome de Chantilly
Un circuit organisé au cœur de l’enceinte de l’hippodrome vous fera découvrir les différents métiers ou activités « Cheval de Courses »
Informations pratiques :
•    Ouverture de l’hippodrome au public : 15h30
•    Accès libre et gratuit
•    Départ de la première course : 16h10 – 8 courses au programme – une course toute les 30mn

Visite des coulisses de l’hippodrome
Un guide vous accompagnera sur les lieux clés de l’hippodrome :

•    Les balances, où sont officiellement pesés les jockeys avec leur selle, avant et après chaque course. La pesée est essentielle puisqu’elle permet de constater que le jockey répond bien aux conditions de la course (ces dernières évoluant selon la catégorie de course).
•    Le rond de présentation sur lequel l’entraîneur et le cavalier sont tenus de présenter leur cheval aux professionnels et au public avant et après chaque course
•    Les écuries dans lesquelles sont préparés les chevaux participants à la course du jour.

Visite de la Régie Vidéo
Les jours de courses, les images et le son sont diffusés à travers l’hippodrome pour aider le public et les professionnels à apprécier au mieux le spectacle qui se joue sous leurs yeux.

Découverte des métiers de l’hippodrome et des centres d’entraînement

    •    Les métiers de l’hippodrome

Entretien et réparation des pistes en gazon, décoration et entretien paysagé, toute opération mécanique pour l’entretien des pistes en gazon (décompactage, aération, tonte, roulage), programmation informatique de l’irrigation, lecture de sondes hydrométriques, utilisation et lecture du pénétromètre… telles sont les multiples tâches de l’ouvrier d’espace vert chez France Galop, qui travaille pour faire de chaque course un évènement unique sur une piste de qualité unique.
Les jours de courses sur l’hippodrome, mise en place des stalles de départ, utilisation de la photofinish, utilisation du chronométrage, pesée des jockeys et régularité des courses, régie audio-visuelle (diffusion des images et du son à travers l’hippodrome).

    •    Les métiers des centres d’entraînement

Entretien des pistes en sable, des pistes en sable fibré, des pistes en gazon (comme sur l’hippodrome) : multiples travaux comme le nivelage des pistes, l’arrosage des pistes, la construction du fonds de forme drainants, l’entretien des divers matériels utilisés (comme le synchro-sème ou le galop-master). Surveillance de l’entraînement, organisation des pistes…

Présentation des 6 hippodromes France Galop

Aux portes de Paris, l’hippodrome d’Auteuil est un des « poumons verts » de la capitale. C’est le seul champ de courses parisien consacré exclusivement à l’obstacle, discipline très impressionnante où les chevaux sont soumis à rude épreuve. En lisière du Bois de Boulogne, le « Temple de l’Obstacle » offre un écrin de verdure de 35 hectares où se tient, depuis 1875, la très prestigieuse épreuve du Grand-Steeple-Chase de Paris : elle consacre le meilleur steeple-chaser qui aura parcouru  5800 mètres jalonnés de 23 obstacles.

dans le site classé du Bois de Boulogne, sur un domaine de 65 hectares, l’hippodrome de Longchamp réservé aux courses de plat avec corde à droite, figure parmi les plus prestigieux du monde. Inauguré en 1857 par Napoléon III, il est devenu, par la renommée de son programme, synonyme de prestige, d’élégance et de performance dans le monde entier. C’est à Longchamp que se court chaque premier dimanche d’octobre, le célèbre Prix Qatar Arc de Triomphe, sur la distance classique de 2 400 mètres. Pour l’occasion, 60 000 personnes se donnent rendez-vous à Longchamp pour acclamer l’élite internationale des pur-sang, montés par les meilleurs jockeys.

Situé sur une colline, de l’autre côté du Pont de Suresnes, l’hippodrome de Saint Cloud domine l’ouest parisien et offre une très belle vue panoramique. Son cadre de verdure original et spacieux, ses 75 hectares de verdure, sont le lieu idéal pour une journée de plein air et un pique nique en famille. Cet hippodrome est réservé aux courses de plat. Situé au pied du Mont Valérien, aux abords de 4 communes : Saint Cloud, Rueil-Malmaison, Garches et Suresnes, il offre 20 hectares de pistes. Il propose également un practice et un parcours de golf, des cours de tennis dans le périmètre du champ de courses, qui en font sans doute le plus familial des hippodromes. La visibilité offerte permet aux spectateurs de suivre le déroulement de la course d’un bout à l’autre, sans qu’aucun obstacle n’arrête l’œil. Le point d’orgue du programme est le Grand Prix de Saint-Cloud qui est une course préparatoire au Prix Qatar Arc de Triomphe.

cet hippodrome à l’architecture typiquement normande accueille, dans cette cité du Cheval de notoriété internationale, les courses de la saison estivale, mais également le meeting de galop d’hiver. A moins de deux heures de Paris, l’hippodrome propose un écrin de verdure de 75 hectares au sein de la célèbre station balnéaire. Les grandes courses classiques du mois d’août rythment la saison estivale dont les ventes de yearlings sont l’apogée. L’une des grandes courses classiques du meeting de Deauville est le Prix Morny, course réservée aux meilleurs poulains et pouliches de 2 ans. Les prestigieuses ventes de yearlings montrent le dynamisme des haras français, notamment du Pays d’Auge et de l’Orne.

Château, musée, centre d’entraînement, à Maisons-Laffitte, le cheval fait partie du décor. L’hippodrome, situé en bordure de seine dans un parc boisé, est le plus grand de la région parisienne. Réservé aux courses de plat, il bénéficie d’une ligne droite de 2 000 mètres qui est la plus longue d’Europe (avec celle de Newmarket en Angleterre). Chaque année, le beau temps de l’été est prétexte à organiser un « Déjeuner sur l’Herbe » qui attire traditionnellement un public familial et 250 artistes peintres amateurs dans le cadre d’un concours en hommage aux impressionnistes.

face au Château et aux Grandes Ecuries, l’hippodrome est le pivot d’un des plus beaux sites consacrés aux courses hippiques. Réservé aux courses de plat, il possède une piste en herbe, dont l’originalité réside dans la sélectivité de la ligne d’arrivée. Dans le souci de mieux répondre aux attentes des nombreux professionnels qui entraînent et font courir leurs chevaux à Chantilly, FRANCE GALOP a décidé d’ajouter une nouvelle piste en sable fibré à la piste en herbe. Cette piste « tout temps » est praticable quelles que soient les conditions météo, en toute saison, ce qui présente un réel avantage. L’hippodrome de Chantilly est un haut lieu de tradition et d’élégance comme l’illustrent de grands rendez-vous tels que le Prix du Jockey Club et le Prix de Diane Longines.

    •    L’élevage
L’éleveur recherche pour ses juments le meilleur croisement possible en choisissant les étalons. Dans sont haras, il prépare les poulains comme de futurs athlètes. Découvrez l’organisation du premier maillon de la chaîne de la filière hippique.

L’élevage de Pur Sang
L’éleveur est le garant de l’amélioration des races de chevaux de courses. Dans ce but, les éleveurs français réalisent des croisements entre les meilleurs chevaux de courses afin de donner naissance à des chevaux toujours plus performants pouvant atteindre le meilleur niveau de la compétition internationale.
L’éleveur surveille la gestation (11 mois) de la poulinière, puis, dès leur naissance, prépare les poulains (appelés ‘foals’ jusqu’au 31 décembre de l’année de naissance) à leur future carrière d’athlète. A l’âge de 18 mois, les poulains quittent le haras, pour être débourrés, c’est-à-dire dressés pour être montés. Les plus prometteurs passent aux ventes de yearling, notamment celle de Deauville à la fin du mois d’Août. Ensuite le cheval commence son entraînement pour les courses.
Etre éleveur c’est être patient : il faut au minimum trois longues années entre le début de la gestation et les premières foulées sur un champ de courses (les chevaux de plat étant autorisés à courir dès l’âge de 2 ans).

    •    Le propriétariat
Une passion à la portée de tous

Le Propriétaire d’un cheval
Il est le premier acteur économique de l’industrie des courses. C’est la pierre angulaire du monde des courses, l’investisseur sans lequel rien n’est possible. Amour du cheval et de la compétition, goût du défi, tels sont les ingrédients qui motivent sa passion.
Être propriétaire d’un cheval c’est l’assurance de vibrer intensément pendant les quelques minutes de la durée d’une course, envahi par l’émotion, porté par la clameur du public, heureux de voir ses couleurs passer le poteau et partager les victoires en familles, entre amis, avec l’entourage du cheval : entraîneurs, jockey, cavalier d’entraînement…
Tout propriétaire de chevaux possède ses couleurs, reprises sur la toque et la casaque des jockeys. Chaque dispositif de couleur est unique : il est en quelque sorte la carte de visite du propriétaire et permet au public d’identifier immédiatement le cheval sur la piste de courses.
France Galop a développé des formes variées d’accession à la propriété de chevaux de courses : la pleine propriété, l’association, et l’accès à la multipropriété qui connaît un vrai succès (comme l’Ecurie RMC) et permet à « madame ou monsieur tout le monde » de devenir propriétaire en achetant une part d’écurie pour 50 €.

    •    L’Entraîneur
Un acteur clé dans la vie d’un cheval de courses

Il a l’entière responsabilité du cheval de courses que lui confie le propriétaire ou l’éleveur. Une des principales difficultés du métier d’entraîneur consiste à déceler les aptitudes particulières des chevaux qui lui sont confiés et à leur faire suivre un programme de travail et de compétition adéquat.
En marge de cette activité sportive, l’entraîneur est un chef d’entreprise à part entière, susceptible de diriger jusqu’à 50 personnes. En France, l’effectif animal des écuries de courses n’est pas limité ; il atteint parfois à Chantilly plus de 200 chevaux.
Parmi les grands entraîneurs français présents à Chantilly on peut citer André Fabre, Alain de Royer-Dupré, Freddy Head, Christiane Head-Maarek, Pascal Bary, Nicolas Clément, Mikel Delzangles, Marcel Rolland…

•    Le Jockey
Un sportif de haut niveau et redoutable stratège

Il ne dispose que de la durée d’une course (moins de 2 minutes) pour faire la différence dans un peloton lancé à plus de 60km/h, en tenant compte des capacités de sa monture. Le jockey doit avoir « une bonne main », un bon sens tactique, et savoir « porter son cheval au poteau ».
En l’espace d’une année, ce sportif est soumis à un rythme de compétitions intensif : les jockeys les plus demandés peuvent courir jusqu’à plus de 1000 courses dans l’année.
L’excellence des jockeys français est reconnue dans le monde entier et ils sont demandés sur les champs de courses les plus prestigieux du monde (en Grande Bretagne, en Irlande, en Australie, aux Etats-Unis, au Qatar, à Dubaï, aux Emirats, à Hong Kong, à Singapour et au Japon).
Cette activité peut comporter des risques et les jockeys se regroupent en association (telle que l’association des Jockeys).  Elle a pour vocation de les renseigner sur leurs droits, soutenir leurs intérêts, améliorer leur équipement, développe l’esprit de solidarité et de soutien( caisse de retraite, de secours, mutuelle).

    •    Agent de Jockey
Métier de passionné exercé par une vingtaine de personnes en France, cette nouvelle activité a vu le jour il y a une dizaine d’années : la multiplication des courses rendait incompatible l’activité sportive du jockey et la gestion de son planning.

L’agent de jockey est tout à la fois expert en courses hippiques et fin stratège. Homme de l’ombre, il est la personne qui recherche auprès des entraîneurs des courses pour le ou les jockeys dont il a la charge -cela s’appelle rechercher une monte-. Il s’occupe du transport du jockey, des horaires d’avions le cas échéant, de l’hébergement… Assistant personnel du jockey, il facilite son quotidien en faisant en sorte que le jockey soit déchargé de toutes les difficultés matérielles inhérentes aux courses. Il fait également bien souvent office de coach mental.

    •    Le Gentleman Rider ou la Cavalière
Un vrai passionné amateur

Il est un passionné qui monte régulièrement à l’entraînement dans une écurie de course, aussi souvent que ses activités scolaires ou professionnelles le lui permettent. C’est un cavalier amateur qui n’exerce aucune activité professionnelle dans le milieu des courses. Titulaire d’une licence délivrée par FRANCE GALOP, il participe aux courses plates et à obstacles qui lui sont réservées. Quelque soit son arrivée à l’issue de la course, aucune prime ne lui est attribuée.
Le gentleman-rider ou la cavalière, tout comme le jockey, porte également une responsabilité vis-à-vis des parieurs et doit donc défendre sérieusement les chances du cheval que l’entraîneur et le propriétaire lui on confié.
Les Gentlemen-riders et Cavalières se regroupent en général en association, comme « Le Club des Gentlemen-riders et Cavalières », qui défendent leurs intérêts ainsi que les valeurs fondamentales de l’amateurisme, organise des Challenges en France et à l’étranger et récompense les meilleures performances.

    •    Le Cavalier d’Entraînement ou Lad Jockey
Un ‘Pilote d’Essai’ dans la préparation de la course

Il est le cavalier du matin qui prépare le cheval à la course, en l’entraînant au quotidien au plus juste de sa forme et de sa capacité. Il est le ‘Pilote d’Essai’ du pur-sang lors de ses derniers entraînements avant la course.
Il participe également aux soins quotidiens du cheval –pansage, nourriture, soins courants- et veille au confort général du pur-sang. Il peut aussi être amené à participer avec l’aide du garçon de cour à effectuer « les pailles » et participer à l’entretien des harnachements, sellerie et matériel d’écurie.
Le rythme de son travail est soutenu et ses journées peuvent commencer à 5 heures du matin pour monter jusqu’à 5 lots par matinée. En fin de journée, il réceptionne le cheval sorti en course et de retour à l’écurie.

    •    Le Premier Garçon
Le bras droit de l’entraîneur

Il coordonne le travail diligenté par l’entraîneur. Son rôle, très complémentaire de celui de l’entraîneur, fait de lui son bras droit.
Ses missions : mettre en œuvre le planning de la journée et la répartition des tâches, assurer la gestion et l’approvisionnement des stocks de nourriture des équidés, des équipements, de la ferrure, coordonner le travail des apprentis, des lad-jockeys au sein de l’écurie, remplacer l’assistant entraîneur ainsi que l’entraineur durant les séances lorsque ces derniers sont absents… 
Le matin, il participe parfois aux entraînements des chevaux. Mais sa mission principale est à l’écurie. Avec l’aide du cavalier d’entraînement, le premier garçon encadre et coordonne le travail du personnel de l’écurie. Mais son rôle essentiel est de s’assurer de l’état de santé de chaque cheval : tous les matins, c’est lui qui surveille l’état des tendons et des ligaments de ses chevaux. Il doit être en mesure de prodiguer les premiers soins vétérinaires en cas de blessures et d’administrer des médicaments en cas de symptômes anormaux, en attendant la venue du vétérinaire.

•    Le Vétérinaire
Le médecin sportif

Il effectue le suivi sanitaire des chevaux et les soigne en cas de pathologie ou accident.
Il intervient à différents niveaux sur le cheval de courses, il est responsable de la santé du pur-sang et assure son suivi médico-sportif lors de l’entraînement.
Le vétérinaire d’un cheval de courses se comporte tel un médecin sportif à l’égard du champion de haut niveau : il est vigilant et surveille le champion avant, pendant et après la course.
Enfin, il effectue également les prélèvements biologiques dans le cadre du contrôle anti-dopage.

    •    Le Garçon de Voyage
Compagnon de route du Champion

Il a pour mission d’amener sur les champs de courses un cheval parfaitement préparé.
Il est responsable du cheval depuis l’embarquement jusqu’au débarquement durant les jours de compétition. Il est donc chargé de conduire des vans ou des engins spécialisés, et gère le matériel nécessaire au jockey. Il est également garant des bonnes conditions de transport, d’accueil et d’hébergement des chevaux dans les différents hippodromes. Durant les déplacements, il est le compagnon des chevaux. C’est lui qui doit s’occuper de réaliser leurs soins quotidiens avant les courses : pansage, toilettage, brossage, pose de bandes, premiers soins vétérinaires…
Après la course, le garçon de voyage doit s’assurer du retour au calme des chevaux. Il réceptionne le cheval et lui donne les soins essentiels pour qu’ils récupèrent dans les meilleures conditions.

    •    Le transport du Cheval de Courses
Exposition d’un camion de transport de chevaux, explication des métiers liés à cette activité et présentation des conditions de transport du cheval de courses.

Le Transport du Cheval de Courses
La S.T.H. Hipavia est une véritable agence de voyage pour chevaux. Elle gère le transport de plus d’un million de chevaux sur les routes de France et le convoyage par avion de plus de 100 000 chevaux dans le monde entier : il n’est pas rare que les pur-sang se rendent à l’étranger pour disputer des courses à l’autre bout du monde en Australie, à Dubaï, à Hong-Kong ou au Japon.
Les chevaux de courses, mais aussi d’élevage, de sport, d’endurance, de polo, sont pris en charge pour toutes les étapes du transport par des professionnels qui connaissent parfaitement le monde du cheval.

    •    Le Maréchal Ferrant
« Pas de pieds, pas de cheval »

« Pas de pieds, pas de cheval » : ce dicton anglais en dit long sur le rôle central du maréchal ferrant. Sans lui, le cheval marcherait à vif.
Le rôle du maréchal ferrant est de fabriquer des fers sur mesure.
Les sabots ne sont rien d’autre que des ongles, qui poussent en permanence. Il faut donc les nettoyer et les ferrer environ tous les mois.
Après avoir retiré l’ancien fer, le maréchal-ferrant « pare » le pied de l’animal, en prenant soin d’enlever l’excédent de corne à l’aide d’un boutoir et d’un rogne-pied. Une fois le fer chaud, il est transformé en semelle, ajusté au sabot puis cloué.
Outre ce travail de ferrage, le maréchal-ferrant veille à la santé générale du cheval et peut prendre en charge l’hygiène du cheval.

    •    Le Sellier
« L’art du sellier est de permettre à un cheval d’oublier qu’il est habillé »

Il a pour tâche la fabrication et la réparation de l’équipement destiné au cheval : selles, bridons, brides de dressage, licols, enrênements, sangles, protections, harnais.
Le sellier harnacheur doit être capable d’adapter les besoins d’un cavalier aux contraintes morphologiques d’un cheval.
Historiquement, le sellier était considéré comme le « garagiste » des cavaliers

    •    Photo et Art
Exposition de photos et œuvres d’art

joyeux

Dessin : http://www.joyeuxcartoon.com

A.P.R.H.
Le studio d’Art dont la principale activité était la photographie de chevaux est devenue en 1967 l’ Agence de Presse et de Reportages Hippiques. Cette petite société familiale et artisanale est devenue le partenaire principale de la photographie des courses hippiques
Les principaux clients de l’agence sont les organismes de presse français et étrangers, ainsi que les propriétaires et éleveurs de chevaux, les jockeys, les entraîneurs.
L’agence APRH possède des archives photographiques concernant les évènements hippiques depuis le début du 20ème siècle, époques des origines de sa création.

A.G.C.
Studio d’art sur le thème du Cheval – Alain Guillotin est graphiste, fabricant et créateur de trophées, sculpteur, peintre et photographe, il présentera quelques unes de ses œuvres.

http://www.les-arts.net/alain-guillotin/

    •    Formation au métier des courses – Ecole des Courses Hippiques AFASEC
Présentation par l’école AFASEC des diverses formations proposées dans ses 5 écoles des courses hippiques.

Formation au métiers des courses – Ecoles des Courses Hippiques AFASEC
Les 5 Ecoles des Courses Hippiques-AFASEC proposent des formations accessibles à partir de 14 ans en alternance entre l’école et l’écurie de courses. Quelles formations sont proposées ? Le CAPA Lad Cavalier d’Entraînement en 2 ans, le BAC PRO Conduite et Gestion d’une Entreprise Hippique en 3 ans et un nouveau BTS Analyse et Conduite de Systèmes d’Exploitation « spécialité filière courses hippiques en 2 ans pour la Rentrée 2014. Un programme de formation professionnelle continue pour adultes permet également un accès aux métiers.
Des moyens adaptés Pour se former, les apprenants disposent des écuries d’applications composées de véritables chevaux de courses.  Egalement à la disposition des jeunes : de nouveaux simulateurs de monte, un suivi éducatif et médical, des ressources multimédia et d’un suivi pédagogique attentif qui assure un accompagnement individualisé.
L’Ecole des Courses Hippiques de Gouvieux  Installée à proximité des célèbres pistes d’entraînement de Chantilly, l’école de Gouvieux accueille 200 élèves sur un site de 10 hectares. Assuré par l’école, le placement en entreprise s’effectue à Chantilly, à Maisons-Laffitte ou à Deauville. Les jeunes sont hébergés et encadrés soit à l’école, soit dans une Résidence des Courses Hippiques – AFASEC, pendant la période en entreprise.
L’Ecole de Gouvieux compte parmi les professionnels formés des jockeys célèbres tels Olivier PESLIER, Christophe SOUMILLON, Maxime GUYON, Michael BARZALONA, Pierre-Charles BOUDOT.

    •    Le Cheval à Chantilly hier et aujourd’hui

En 2014, on courra à Chantilly le 174ème Prix du Jockey Club et le 165ème Prix de Diane Longines.
L’Office du Tourisme de Chantilly, Chantilly Ville d’Art et d’Histoire et l’Institut de France, trois entités attachées à faire découvrir et partager la richesse historique du Cheval à Chantilly.
•    L’Office du Tourisme de Chantilly accompagne le touriste dans la découverte du monde cheval à Chantilly à travers la présentation des diverses activités hippiques et équestres de la ville.

Consultez le site www.chantilly-cheval.com sur lequel vous découvrirez les univers hippiques et équestres de la région de Chantilly : vous goûterez toute l’année à « l’Esprit de Chantilly » aux travers des rendez-vous aux courses, au jumping, au Musée du Cheval, au Polo.

•    Chantilly Ville d’Art et d’Histoire et l’Institut de France – Le Duc d’Aumale, grand veneur en forêt de Chantilly et acteur de l’essor des courses hippiques à Chantilly.

En 1814, la Restauration Monarchique s’accompagne du retour des Emigrés en France. En Angleterre, ils ont pris le goût du sport hippique et rêvent de créer un hippodrome semblable à celui d’Ascot. Les uns penchaient pour Versailles, les autres pour Vincennes, d’autres enfin pour Maisons-sur-Seine (plus tard Maisons-Laffitte). Par un heureux hasard, en 1833, quatre amis revenant de chasse, Monsieur de Normandie en compagnie de Messieurs d’Hédouville, de Plaisance et de Wagram, traversaient à cheval la Pelouse gazonnée qui s’étend devant le Château. Les quatre gentilshommes furent frappés par l’élasticité du sol et organisèrent une poule qui fut courue aussitôt et gagnée par Monsieur de Normandie.
De retour à Paris, ce dernier vanta à ses amis les avantages et l’heureuse disposition de la pelouse, la beauté du site et l’élasticité du sol si propres à l’établissement d’un hippodrome semblable à ceux d’Angleterre. Il n’en fallut pas plus pour qu’avec l’appui du Duc d’Orléans, fussent jetées les bases d’une réunion de courses pour le printemps suivant et que fut constituée définitivement leur association sous le nom de Société d’Encouragement pour l’Amélioration des Races de Chevaux en France (novembre 1833).
Grâce au soutien de la famille d’Orléans, propriétaire du site et fervente partisane du sport hippique, la Société d’encouragement organisa alors, la première course à Chantilly le 15 mai 1834, journée sensationnelle. En quelques années, l’hippodrome fut aménagé, des tribunes construites, le Prix du Jockey Club (1836) et le Prix de Diane (1843) créés sur les modèles du Derby d’Epsom et des Oaks britanniques.

Chantilly, forte des animations et de la diversité de ses actions pour promouvoir son patrimoine, notamment en matière hippique, s’est vu attribuer par le Ministère de la culture le label ‘Ville et Pays d’Art et d’Histoire’. Les guides de qualité assurent des visites-conférences sur la découverte des écuries de courses, de l’hippodrome, du quartier du Bois Saint Denis, des Grandes Ecuries et du Musée du Cheval, de l’association Chantilly Attelage, du Polo Club de Chantilly.